Les avantages de la donation

666

Le donateur est dispensé d’impôts.

Le donateur prévient les conflits au moment de sa succession. Il peut en effet consentir une donation à ses enfants sans qu’ils ne puissent jamais remettre en cause la repartition des biens, contrairement au testament qu’il est possible de contester si l’un des héritiers se sent lèsé ou encore si le formalisme imposé n’a pas été respecté. Un testament peut être à tout moment modifié, révoqué ou encore annulé par le testateur alors qu’une donation est un acte irrévocable et donc définitif.

Du fait d’un nouveau mariage, la donation est un moyen d’anticiper et de protéger les enfants d’une première union. Bien qu’un contrat de mariage permette de prévoir les règles pécuniaires et patrimoniales applicables au couple pendant et même après le marriage, ce même contrat peut cependant être annulé par le Tribunal des Affaires Familiales, le conjoint pouvant évoquer un vice de consentement ou une fraude et demander l’annulation du contrat de mariage.

Attention ! En matiere de concubinage et en absence de contrat de séparation des biens, la Cour suprême est parfois amenée à appliquer les règles relatives à la «présomption de partage d’un appartement» et ainsi gratifier l’une des parties d’une part non négligeable du domicile !

Eviter à des créanciers potentiels de confisquer un bien, y compris un bien immobilier, pour ensuite le vendre et ainsi se faire rembourser une partie ou la totalite des dettes. En effet, la transmission de la moitié de ses droits (dans le cas où un appartement lui appartient dans son integralité) par acte de donation à son conjoint pourrait lui éviter de gros dégats:

• La vente forcée de l’appartement pourra être difficilement prononcée.

• Le donateur n’a pas à verser d’impôts en cas de donation.

• Le bénéficaire du bien immobilier, le conjoint, sera, lui aussi, exempté d’impôts et ne payera pas de taxe d’acquisition.

Attention !  Si les conjoints ne vivent pas ensemble, le conjoint bénéficiaire du bien immobilier, ou d’une partie du bien, devra payer un tiers de la taxe d’acquisition qu’il aurait dû payer en cas d’achat !

—————————————

NOS CONSEILS : 

A. La décision de la transmission du patrimoine ou d’une partie du patrimoine doit être mûrement réfléchie!La personne qui transmet un appartement se dépouille définitivement de son bien au profit du donataire. Ce type de donation présente l’inconvénient d’être irreversible et fait peser sur le donateur un risque d’appauvrissement.

B. Etablissez un état des lieux de votre situation financière actuelle et future, cela vous permettra d’y voir plus clair. Vous devez notamment déterminer quels seront vos revenus à la retraite pour savoir s’ils seront suffisants pour couvrir tous vos besoins.

C. Evitez de donner votre résidence principale à vos enfants, mieux vaut porter votre générosité sur votre résidence secondaire ou sur un logement locatif ! Veillez également à ne pas donner votre/vos biens trop tôt. En effet, une fois à la retraite, si vous devez faire face à une chute importante de vos revenus, vous serez bien content de pouvoir compter sur des ressources régulières provenant de la location d’un bien immobilier.

D. Optez pour une donation  » conditionnée  » ou encore « démembrée » qui consiste à séparer la propriété du bien en deux elements : l’usufruit et la nue-propriété. La donation en nue- propriété vous permet de continuer à profiter de votre bien immobilier et d’y vivre car vous ne transmettez pas l’usufruit (ou la jouissance) du bien.

E. Dans le cadre de votre /vos donations, vous pouvez également établir d’autres conditions qui seront inscrites au cadastre  (Tabou), par exemple :

  • Vous pourrez habiter le bien immobilier faisant l’objet de la donation et ce, jusqu’à votre décès et celui de votre conjoint/e. Vous pourrez aussi louer ce bien immobilier pour financer par exemple un logement en maison de retraite.
  • Votre enfant ne pourra pas vendre le bien qu’il a reçu en «cadeau» sans votre accord par écrit.
  • Votre enfant ne pourra pas hypothéquer son nouveau bien, sans votre accord par écrit.
  • Votre enfant ne pourra ni vendre ni donner son bien ou une partie de son bien à un conjoint/e. Vous pouvez aussi limiter cette condition dans le temps (par exemple 15 ans de mariage). Evidemment, si ces conditions ne sont pas respectées, vous serez en droit d’annuler votre donation.

F. Si vous avez opté pour une donation « conditionnée » ou « démembrée », faîtes signer votre enfant sur une procuration irrévocable afin de pouvoir disposer du bien à tout moment. Attention ! Une procuration irrévocable n’est valable seulement 10 ans !

N.A

Economie, Entreprenariat, Immobilier, Life Style, Droits et informations pour les nouveaux immigrants, Développement urbain, Reportages, Interview de personnalités, Enquête, Investigation, LeMag’ est un magazine axé sur les centres d’intérêt de la francophonie d’Israël.

Nous nous sommes entourés d’une équipe de journalistes professionnels afin que ce nouveau média représente une référence pour un public exigeant.

INFORMATIONS VÉRIFIÉES, REPORTAGES ORIGINAUX, ENQUÊTES SUR LE TERRAIN

LeMag’ est l’un des médias francophones les plus aboutis en termes de contenu rédactionnel. Son graphisme aéré et très documenté participe également à la réussite de ce média devenu incontournable au sein de la communauté francophone d’Israël.

Qualité et originalité sont les moteurs qui nous font avancer pour vous présenter un magazine unique en son genre.

Dec 6, 2018
S’il y a un point commun à tous les vendeurs de biens immobiliers dans le monde c’est bien le sentiment d’injustice qui nous envahit lors du calcul des frais applicables à une cession immobilière. Lire la suite sur LeMag.co.il.
Dec 5, 2018
Qui n’a pas entendu parler de l’étude présentée par un important réseau immobilier lors de son séminaire annuel mondial, mettant en évidence un écart incroyable entre les prix de l’immobilier dans 26 villes de pays différents ? Lire la suite sur LeMag.co.il.
Dec 5, 2018
Le 8 octobre dernier, la famille du sergent Ronen Lubarsky, tué par un terroriste pendant une opération près de Ramallah, a refusé d’assister au procès de son meurtrier, qui devait comparaître devant la Cour de justice militaire de Judée Samarie. Lire la suite sur LeMag.co.il.
Dec 5, 2018
Des pirates juifs ??? Et non, ce n'est pas une blague ! Au cours des dernières décennies, la découverte de plusieurs pierres tombales, dans l'ancien cimetière de Hunts Bay à Kingston (capitale de la Jamaïque), portant des marques inhabituelles au-dessus d’une écriture hébraïque, ont révélé un bien étrange secret. Sur ces tombes, les signes et lettres hébraïques sont surmontés de crânes et d’os entrecroisés, insignes propres à la piraterie. Des tombes marquées de la même manière ont également été découvertes à Bridgeport, aux Bahamas, et dans l'ancien cimetière juif de Curaçao. Certes, il est vrai que jusqu'à présent, rares sont les livres d'histoire ayant mentionné les exploits de pirates israélites. Pourtant, certains des flibustiers les plus connus et les plus respectés ayant sillonné les mers au cours des siècles précédents étaient … juifs ! Je vous vois déjà imaginer le mythique capitaine Jack Sparrow, personnage haut en couleurs campé par l’acteur Johnny Depp, dans la saga cinématographique Pirates des Caraïbes, affublé d’une kippa… Non, ces capitaines n'étaient pas les pirates redoutés tels que grimés par l'imagination populaire (parias et criminels attaquant les navires, les villes, en volant les gens de leur argent et parfois de leurs vies) ; beaucoup travaillaient pour la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et d'autres puissances maritimes, protégeant les côtes et les mers de ces nations. D’autres sont délibérément partis en haute mer pour se venger de ceux qui les avaient trahis, eux et leurs familles, au cours de l’Inquisition. Bien que de larges pans de la vie de ces corsaires soient restés mystérieux, les historiens ont rassemblé certains détails permettant de retranscrire un aperçu d’un monde peu connu … celui des pirates juifs. Rétrospective. Lire la suite sur LeMag.co.il.
Dec 4, 2018
Après les missionnaires chrétiens, utilisant le prétexte du « dialogue interculturel», voici qu’en Israël même, un groupe musulman – Dar Assalam – fait du prosélytisme pour convertir les Juifs israéliens à l’islam. Été 2018, extérieur jour. Le soleil est en train de se coucher sur la baie de Tel-Aviv. Dans la cour d’une ancienne mosquée de la vieille ville de Yaffo, des dizaines d’hommes et de femmes pénètrent lentement. Curieusement, ce ne sont pas seulement des Musulmans qui se présentent, mais également plusieurs Juifs. Ceux-ci sont venus suite à un message publié sur Facebook annonçant « la première tenue d’une réunion à Yaffo visant à se familiariser en hébreu avec l’islam. Une occasion rare pour promouvoir le dialogue interconfessionnel et interculturel ». Lire la suite sur LeMag.co.il.