Mais qui investit encore en Israël aujourd’hui ?

1913
Businessman connecting digital blue house and keys

Pour la première fois depuis de nombreuses années, on note une baisse du nombre de transactions immobilières en Israël et une hausse de ces transactions immobilières en France ! Dans tous les cas, c’est toujours moins que Paris et ses 150 000 ventes annuelles, mais notre pays est plus petit tant géographiquement qu’en terme de population, et les variations ont donc beaucoup d’impact sur notre économie nationale.

114 000 appartements vendus en 2013, 98 000 en 2014 (à cause de l’annonce par le gouvernement de la suppression de la TVA, finalement jamais arrivée !), 120 000 ventes en 2015 et environ 100 000 ventes pour 2016.

Mais ici, on peut vraiment dire que l’État y met du sien ! À tel point qu’on a même tellement réussi à dissuader les investisseurs étrangers qu’ils ont réduit leurs acquisitions en Israël de 36% en 2016.

Et pourtant l’immobilier a encore de beaux jours devant lui en Israël car malgré tout, les prix continuent de monter car l’offre n’est toujours pas adaptée aux besoins de la population.

Depuis la crise mondiale de l’immobilier, le marché israélien n’a cessé de progresser, et en particulier celui des investisseurs immobiliers. En effet, si les achats d’investissement représentaient 22% en 2002, ils étaient montés à 29% en 2010, inquiétant fortement les autorités. D’où la multiplication des réformes et taxes visant à limiter l’investissement immobilier dans le but affiché de réduire le prix des logements.

On a ainsi pu assister en 2011 à une augmentation de la taxe d’acquisition passant de 3.5 à 5% du prix de l’appartement acheté. Puis en 2014, c’est la remise en service sans dérogation de la taxe sur la plus value. On subit en juin 2015 une nouvelle hausse de la taxe d’acquisition fixée à 8%, ce qui décourage les investisseurs, les ramenant à 19% de l’ensemble des transactions.

En enfin désormais, la taxation bruyamment annoncée pour les propriétaires de plus de deux appartements. Certes, cette taxe aura des conséquences, mais surtout sur le prix des loyers car fixée à 1% de la valeur du troisième appartement avec nombre de dérogations possibles et plafonnement à 18 000 shekels/an, elle sera évidemment en partie répercutée sur les locataires des deux appartements loués !

D’après une étude récente du ministère des Finances israélien, 80% des investisseurs immobiliers sont des hommes. 64% sont des salariés disposant d’un revenu par foyer de
28 000 shekels mensuels. 23% sont des fonctionnaires avec des salaires élevés tandis que 10% sont des indépendants.

Ces investisseurs habitent essentiellement à Tel-Aviv (9.5%) et à Jérusalem (7%), mais les villes où l’on achète le plus de biens sont Tel-Aviv (9%), Haïfa (6%), Beer Sheva (5.7%) et Jérusalem (5%). De manière étonnante, 84% des personnes qui achètent un appartement d’investissement à Jérusalem habitent elles-mêmes à Jérusalem, alors que les prix y sont élevés et les revenus très bas. Le prix moyen de ces appartements destinés à l’investissement est de 1 360 000 shekels, avec des écarts significatifs : 2 500 0000 shekels à Herzliyya, 1 700 000 shekels à Jérusalem et 700 000 shekels à Beer Sheva.

Evidemment, avec toutes les mesures gouvernementales et la baisse de l’Euro, le nombre de transactions diminue (les villes les plus touchées depuis décembre étant Beer Sheva et Haïfa), mais les prix ont tout de même monté de près de 9% cette année sur l’ensemble du pays, et ce que l’on peut évidemment commencer à constater, c’est une baisse du nombre d’appartements à louer. D’où une hausse prévisible des loyers (permettant donc un meilleur rendement locatif pour les propriétaires).

Dans tous les cas, et malgré toutes les taxes et lois, il n’en reste pas moins que l’achat d’un appartement en Israël, et en particulier à Jérusalem, reste le meilleur moyen pour préparer son avenir tant matériel que spirituel.

Sources : ministère des Finances israélien, The Marker, Yad 2, Globes, Ynet, Yad 2

Economie, Entreprenariat, Immobilier, Life Style, Droits et informations pour les nouveaux immigrants, Développement urbain, Reportages, Interview de personnalités, Enquête, Investigation, LeMag’ est un magazine axé sur les centres d’intérêt de la francophonie d’Israël.

Nous nous sommes entourés d’une équipe de journalistes professionnels afin que ce nouveau média représente une référence pour un public exigeant.

INFORMATIONS VÉRIFIÉES, REPORTAGES ORIGINAUX, ENQUÊTES SUR LE TERRAIN

LeMag’ est l’un des médias francophones les plus aboutis en termes de contenu rédactionnel. Son graphisme aéré et très documenté participe également à la réussite de ce média devenu incontournable au sein de la communauté francophone d’Israël.

Qualité et originalité sont les moteurs qui nous font avancer pour vous présenter un magazine unique en son genre.

Dec 6, 2018
S’il y a un point commun à tous les vendeurs de biens immobiliers dans le monde c’est bien le sentiment d’injustice qui nous envahit lors du calcul des frais applicables à une cession immobilière. Lire la suite sur LeMag.co.il.
Dec 5, 2018
Qui n’a pas entendu parler de l’étude présentée par un important réseau immobilier lors de son séminaire annuel mondial, mettant en évidence un écart incroyable entre les prix de l’immobilier dans 26 villes de pays différents ? Lire la suite sur LeMag.co.il.
Dec 5, 2018
Le 8 octobre dernier, la famille du sergent Ronen Lubarsky, tué par un terroriste pendant une opération près de Ramallah, a refusé d’assister au procès de son meurtrier, qui devait comparaître devant la Cour de justice militaire de Judée Samarie. Lire la suite sur LeMag.co.il.
Dec 5, 2018
Des pirates juifs ??? Et non, ce n'est pas une blague ! Au cours des dernières décennies, la découverte de plusieurs pierres tombales, dans l'ancien cimetière de Hunts Bay à Kingston (capitale de la Jamaïque), portant des marques inhabituelles au-dessus d’une écriture hébraïque, ont révélé un bien étrange secret. Sur ces tombes, les signes et lettres hébraïques sont surmontés de crânes et d’os entrecroisés, insignes propres à la piraterie. Des tombes marquées de la même manière ont également été découvertes à Bridgeport, aux Bahamas, et dans l'ancien cimetière juif de Curaçao. Certes, il est vrai que jusqu'à présent, rares sont les livres d'histoire ayant mentionné les exploits de pirates israélites. Pourtant, certains des flibustiers les plus connus et les plus respectés ayant sillonné les mers au cours des siècles précédents étaient … juifs ! Je vous vois déjà imaginer le mythique capitaine Jack Sparrow, personnage haut en couleurs campé par l’acteur Johnny Depp, dans la saga cinématographique Pirates des Caraïbes, affublé d’une kippa… Non, ces capitaines n'étaient pas les pirates redoutés tels que grimés par l'imagination populaire (parias et criminels attaquant les navires, les villes, en volant les gens de leur argent et parfois de leurs vies) ; beaucoup travaillaient pour la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et d'autres puissances maritimes, protégeant les côtes et les mers de ces nations. D’autres sont délibérément partis en haute mer pour se venger de ceux qui les avaient trahis, eux et leurs familles, au cours de l’Inquisition. Bien que de larges pans de la vie de ces corsaires soient restés mystérieux, les historiens ont rassemblé certains détails permettant de retranscrire un aperçu d’un monde peu connu … celui des pirates juifs. Rétrospective. Lire la suite sur LeMag.co.il.
Dec 4, 2018
Après les missionnaires chrétiens, utilisant le prétexte du « dialogue interculturel», voici qu’en Israël même, un groupe musulman – Dar Assalam – fait du prosélytisme pour convertir les Juifs israéliens à l’islam. Été 2018, extérieur jour. Le soleil est en train de se coucher sur la baie de Tel-Aviv. Dans la cour d’une ancienne mosquée de la vieille ville de Yaffo, des dizaines d’hommes et de femmes pénètrent lentement. Curieusement, ce ne sont pas seulement des Musulmans qui se présentent, mais également plusieurs Juifs. Ceux-ci sont venus suite à un message publié sur Facebook annonçant « la première tenue d’une réunion à Yaffo visant à se familiariser en hébreu avec l’islam. Une occasion rare pour promouvoir le dialogue interconfessionnel et interculturel ». Lire la suite sur LeMag.co.il.