Faire son alyah : devenir pionnier ou rester assisté ?

1468

S’il est un poste qui monte au sein des municipalités israéliennes, c’est bien celui de ‘’ proyektorit ‘’ dédié aux olim de France. À Hadera, c’est Sarah Uzan qui s’illustre dans cette mission des plus sensibles qui consiste à accompagner, orienter et suivre dans leur processus d’intégration les familles françaises.

Arrivée directement de Paris à Hadera avec la alyah de groupe, il y a 5 ans, Sarah Uzan s’est progressivement imposée au poste de  » proyektorit « , notamment grâce à sa maîtrise de l’hébreu. « À Hadera, la alyah française est relativement récente, orchestrée par Shalom Wach qui y fait monter les cinq-six premières familles en 2009 » explique Sarah.

« Nous avons fait partie du troisième groupe en 2011 avec 13 familles. Après six mois sur place,  je propose rapidement mes services de bénévole au Misrad Haklita (bureau de l’intégration) de Hadera et je commence immédiatement à travailler sur place trois fois par semaine. C’est de cette façon que je collabore étroitement avec le ‘’ proyektor ‘’ déjà en poste à la mairie. En parallèle, je développe le magazine « FUTÉ » ainsi que la radio aux côtés de Charles Benguigui et je crée le groupe Facebook des francophones de Hadera, devenu aujourd’hui un outil de référence des Français pour s’informer sur la ville », poursuit-elle.

En 2014, Hadera a bien failli jeté l’éponge de la alyah avec l’arrivée de Tvsika Gendelman, le nouveau maire affilié ‘Yesh Atid’. « Ancien général de l’armée, très carré, il remet tous les budgets à plat, supprimant le poste de  » proyektor « . Sa priorité : faire des économies. Ce n’est que progressivement qu’il redistribue les budgets notamment en direction des olim réalisant que la communauté francophone compte pour la ville », nous confie-t-elle. Sarah est alors recrutée au poste de  » proyektorit  » sur les recommandations de l’ancien titulaire qui vogue alors vers d’autres projets. Depuis, Hadera a pris ses galons de « ville d’intégration » des Juifs de France, grâce à sa position géographique privilégiée d’une part –  en bord de mer, entre Tel-Aviv et Haïfa, – mais surtout grâce à un coût de la vie nettement moindre en comparaison à Jérusalem et aux villes du centre.
« À la rentrée 2015, nous avons accueilli près de 30 familles, un chiffre record ! En mars dernier à Paris, les futurs candidats faisaient la queue à notre stand au salon de la alyah », explique Sarah. « Et phénomène nouveau, la ville accueille désormais des familles d’autres villes d’Israël comme Netanya ou Jérusalem où le coût de la vie se trouve être plus élevé. À Hadera, la différence des prix dans l’immobilier représente également un atout. Mais attention, comme partout en Israël, les prix ne cessent d’augmenter de façon vertigineuse », souligne-t-elle.

Rassemblant près de 1000 âmes, les francophones de Hadera se sont appliqués à recréer les repères communautaires qu’ils affectionnent particulièrement. « Deux centres spirituels francophones ont été montés depuis peu, un Beth ‘Habad et un Beth hamidrash, nommé Chevet A’him, avec à leurs têtes respectives : le rav Meir ‘Hayoun, un shalia’h extraordinaire, et le rav ‘Haïm Dorai, ancien responsable du kollel de Créteil » nous explique-t-elle.

« Je ne compte pas mon temps, des démarches administratives aux inscriptions dans les écoles. Les candidats à la alyah me contactent le plus souvent via Facebook, nous parlons ensuite au téléphone, je les renseigne ou les reçois à l’occasion d’un voyage d’étude pour leur faire découvrir la ville. Selon moi, les olim d’aujourd’hui exigent plus d’accompagnement. Mon travail consiste à les préparer depuis la France, en leur faisant prendre conscience qu’Israël est un autre monde où il faut en découdre », précise Sarah.

« Il nous reste encore beaucoup à faire à Hadera. Nous apprenons énormément des autres villes, tel l’encadrement des adolescents, notre urgence, mais également l’accueil des personnes âgées alors que la ville, qui ne dispose pas de structures francophones comme Netanya par exemple, les attire énormément. J’espère que nous pourrons recruter un « moré mégasher » (enseignant médiateur) dès la rentrée prochaine.. De nouvelles villes doivent s’ouvrir à l’arrivée des francophones, il faut créer d’autres pôles d’attraction. Chaque candidat à la alyah doit garder à l’esprit que nous disposons d’un pays où il est possible de s’installer et de vivre, du nord au sud, d’est en ouest. Ici, le choix ne se limite pas seulement à Paris 19e, à Villeurbanne ou à Marseille », conclut-elle.

Economie, Entreprenariat, Immobilier, Life Style, Droits et informations pour les nouveaux immigrants, Développement urbain, Reportages, Interview de personnalités, Enquête, Investigation, LeMag’ est un magazine axé sur les centres d’intérêt de la francophonie d’Israël.

Nous nous sommes entourés d’une équipe de journalistes professionnels afin que ce nouveau média représente une référence pour un public exigeant.

INFORMATIONS VÉRIFIÉES, REPORTAGES ORIGINAUX, ENQUÊTES SUR LE TERRAIN

LeMag’ est l’un des médias francophones les plus aboutis en termes de contenu rédactionnel. Son graphisme aéré et très documenté participe également à la réussite de ce média devenu incontournable au sein de la communauté francophone d’Israël.

Qualité et originalité sont les moteurs qui nous font avancer pour vous présenter un magazine unique en son genre.

Dec 6, 2018
S’il y a un point commun à tous les vendeurs de biens immobiliers dans le monde c’est bien le sentiment d’injustice qui nous envahit lors du calcul des frais applicables à une cession immobilière. Lire la suite sur LeMag.co.il.
Dec 5, 2018
Qui n’a pas entendu parler de l’étude présentée par un important réseau immobilier lors de son séminaire annuel mondial, mettant en évidence un écart incroyable entre les prix de l’immobilier dans 26 villes de pays différents ? Lire la suite sur LeMag.co.il.
Dec 5, 2018
Le 8 octobre dernier, la famille du sergent Ronen Lubarsky, tué par un terroriste pendant une opération près de Ramallah, a refusé d’assister au procès de son meurtrier, qui devait comparaître devant la Cour de justice militaire de Judée Samarie. Lire la suite sur LeMag.co.il.
Dec 5, 2018
Des pirates juifs ??? Et non, ce n'est pas une blague ! Au cours des dernières décennies, la découverte de plusieurs pierres tombales, dans l'ancien cimetière de Hunts Bay à Kingston (capitale de la Jamaïque), portant des marques inhabituelles au-dessus d’une écriture hébraïque, ont révélé un bien étrange secret. Sur ces tombes, les signes et lettres hébraïques sont surmontés de crânes et d’os entrecroisés, insignes propres à la piraterie. Des tombes marquées de la même manière ont également été découvertes à Bridgeport, aux Bahamas, et dans l'ancien cimetière juif de Curaçao. Certes, il est vrai que jusqu'à présent, rares sont les livres d'histoire ayant mentionné les exploits de pirates israélites. Pourtant, certains des flibustiers les plus connus et les plus respectés ayant sillonné les mers au cours des siècles précédents étaient … juifs ! Je vous vois déjà imaginer le mythique capitaine Jack Sparrow, personnage haut en couleurs campé par l’acteur Johnny Depp, dans la saga cinématographique Pirates des Caraïbes, affublé d’une kippa… Non, ces capitaines n'étaient pas les pirates redoutés tels que grimés par l'imagination populaire (parias et criminels attaquant les navires, les villes, en volant les gens de leur argent et parfois de leurs vies) ; beaucoup travaillaient pour la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et d'autres puissances maritimes, protégeant les côtes et les mers de ces nations. D’autres sont délibérément partis en haute mer pour se venger de ceux qui les avaient trahis, eux et leurs familles, au cours de l’Inquisition. Bien que de larges pans de la vie de ces corsaires soient restés mystérieux, les historiens ont rassemblé certains détails permettant de retranscrire un aperçu d’un monde peu connu … celui des pirates juifs. Rétrospective. Lire la suite sur LeMag.co.il.
Dec 4, 2018
Après les missionnaires chrétiens, utilisant le prétexte du « dialogue interculturel», voici qu’en Israël même, un groupe musulman – Dar Assalam – fait du prosélytisme pour convertir les Juifs israéliens à l’islam. Été 2018, extérieur jour. Le soleil est en train de se coucher sur la baie de Tel-Aviv. Dans la cour d’une ancienne mosquée de la vieille ville de Yaffo, des dizaines d’hommes et de femmes pénètrent lentement. Curieusement, ce ne sont pas seulement des Musulmans qui se présentent, mais également plusieurs Juifs. Ceux-ci sont venus suite à un message publié sur Facebook annonçant « la première tenue d’une réunion à Yaffo visant à se familiariser en hébreu avec l’islam. Une occasion rare pour promouvoir le dialogue interconfessionnel et interculturel ». Lire la suite sur LeMag.co.il.