Hadera, la ville qui monte, qui monte…

1015

lemag8-2016-08-109.3038Située à mi-chemin entre Haïfa et Tel-Aviv, Hadera entend rapidement rivaliser avec les agglomérations du centre d’Israël, compte-tenu de l’ambition de ses projets de développement. Alors que la ville compte désormais parmi les nouveaux pôles d’accueil des olim de France, leMag’ a voulu en savoir plus sur cette ville d’Israël qui fait de plus en plus parler d’elle.
Coup de projecteur.

 

capture2016-08-100120Zvika Gendelman, Un maire d’une ville pleine d’énergie 

C’est en 2014 que Zvika Gendelman prend les commandes de Hadera en tant que maire étiqueté Yesh Atid. À bientôt 60 ans, cet officier de réserve, gradé ‘général’, s’apprête à mettre en œuvre un projet des plus ambitieux sur le rivage ouest de sa ville. Un gigantesque chantier qui s’inscrit dans une stratégie globale de développement et de croissance de l’agglomération, du renforcement des infrastructures de transport au dynamisme de la construction immobilière, en passant par la création d’emplois et d’attractions touristiques. LeMag’ a interviewé ce maire qui voit loin …

Depuis le rachat de terres par Yehoshua Hankin à un Effendi arabe en 1891, quelles ont été les étapes clés du développement de la ville de Hadera ?

capture2016-08-100114Ce rachat représente l’acquisition la plus importante au moment de la première alyah. En 1896, alors que le yishouv compte seulement 35 maisons et trois rues principales, ses habitants perçoivent des fonds du Baron de Rothschild en vue d’assécher les marais, grâce à la plantation d’eucalyptus, et réduire ainsi le nombre de victimes du paludisme. Le développement de Hadera, qui devient officiellement une ville en 1952, se poursuit jusque dans les années 70 au gré des opportunités et de l’histoire comme pour le quartier de Guivat Olga, par exemple, fondé en 1949 par des immigrants européens passés par la Chine après l’Holocauste. La ville compte aujourd’hui près de 100 000 habitants.

À ce jour, quels sont les atouts de Hadera alors qu’une majorité d’Israéliens aspire à quitter le Centre ?

Les domaines de l’éducation sont une priorité pour la ville qui offre un large éventail d’établissements pédagogiques et scolaires, du mamla’hti aux réseaux indépendants. Hadera dispose de deux écoles démocratiques uniques, de facultés régionales ainsi que d’un campus, le Technoda, qui comprend notamment un observatoire, des laboratoires modernes, un auditorium ou encore un technoparc. La ville regorge également de centres communautaires, de bibliothèques et d’infrastructures sportives multipliant ainsi le nombre des activités culturelles et de loisirs. Nous avons choisi de définir Hadera à travers le label « ville de l’énergie », notamment parce que les plus grands complexes industriels israéliens y sont installés telles la centrale électrique aux mains de la Compagnie nationale d’électricité, la réserve de gaz naturel située au large de la côte ou encore la station de dessalement.

Implantée sur une surface de près de 53 000 km2, Hadera est loin d’avoir encore réalisé tout son potentiel. Quels sont les chantiers à venir ?

capture2016-08-100100Hadera investit énormément en terme de développement durable, notamment sur le plan de l’énergie verte et environnementale, au bénéfice de la qualité de vie de ses habitants. À travers le label de « ville de l’énergie » et la nouvelle zone d’activités « Energy Park » établie sur près de 650 000 m2, où nous prévoyons l’implantation d’un incubateur de startups et d’un centre universitaire, nous aspirons à la création de nombreux emplois. Nous misons également sur le renforcement de la zone ouest de la ville, qui représentera un levier de croissance certain pour Hadera. Ce grand chantier, dont les travaux devraient commencer au plus tard cette année, prévoit l’aménagement moderne et innovant des
7 km de plage avec la création de nouveaux quartiers, de promenades, de complexes commerciaux, de centres touristiques et de zones de loisirs. Un nouveau pôle d’attraction dédié aux habitants de la ville mais aussi aux Israéliens en général, aux visiteurs et touristes étrangers.

Depuis le début des années 2000, Hadera attire un nombre croissant de Juifs montés de France, devenant ainsi une ville référence de la alyah française. Peut-on dire que la municipalité a mis en place une stratégie d’intégration spécifique ?

capture2016-08-100107Hadera bénéficie d’une longue tradition d’accueil des olim en provenance du monde entier. Dès 1912, elle accueillait déjà 40 familles montées du Yémen. Il est clair que face à l’augmentation de la alyah française, Hadera participe activement à l’intégration des immigrants. À ce jour, la municipalité offre des solutions certaines en termes d’éducation, d’emploi, de culture et de protection sociale alors que ce sont près de 200 familles francophones qui évoluent en lien étroit avec l’ensemble de la communauté de la ville. Et je lance un appel aux Juifs de France : Hadera est heureuse de pouvoir vous recevoir avec chaleur et amour !

Economie, Entreprenariat, Immobilier, Life Style, Droits et informations pour les nouveaux immigrants, Développement urbain, Reportages, Interview de personnalités, Enquête, Investigation, LeMag’ est un magazine axé sur les centres d’intérêt de la francophonie d’Israël.

Nous nous sommes entourés d’une équipe de journalistes professionnels afin que ce nouveau média représente une référence pour un public exigeant.

INFORMATIONS VÉRIFIÉES, REPORTAGES ORIGINAUX, ENQUÊTES SUR LE TERRAIN

LeMag’ est l’un des médias francophones les plus aboutis en termes de contenu rédactionnel. Son graphisme aéré et très documenté participe également à la réussite de ce média devenu incontournable au sein de la communauté francophone d’Israël.

Qualité et originalité sont les moteurs qui nous font avancer pour vous présenter un magazine unique en son genre.

Dec 6, 2018
S’il y a un point commun à tous les vendeurs de biens immobiliers dans le monde c’est bien le sentiment d’injustice qui nous envahit lors du calcul des frais applicables à une cession immobilière. Lire la suite sur LeMag.co.il.
Dec 5, 2018
Qui n’a pas entendu parler de l’étude présentée par un important réseau immobilier lors de son séminaire annuel mondial, mettant en évidence un écart incroyable entre les prix de l’immobilier dans 26 villes de pays différents ? Lire la suite sur LeMag.co.il.
Dec 5, 2018
Le 8 octobre dernier, la famille du sergent Ronen Lubarsky, tué par un terroriste pendant une opération près de Ramallah, a refusé d’assister au procès de son meurtrier, qui devait comparaître devant la Cour de justice militaire de Judée Samarie. Lire la suite sur LeMag.co.il.
Dec 5, 2018
Des pirates juifs ??? Et non, ce n'est pas une blague ! Au cours des dernières décennies, la découverte de plusieurs pierres tombales, dans l'ancien cimetière de Hunts Bay à Kingston (capitale de la Jamaïque), portant des marques inhabituelles au-dessus d’une écriture hébraïque, ont révélé un bien étrange secret. Sur ces tombes, les signes et lettres hébraïques sont surmontés de crânes et d’os entrecroisés, insignes propres à la piraterie. Des tombes marquées de la même manière ont également été découvertes à Bridgeport, aux Bahamas, et dans l'ancien cimetière juif de Curaçao. Certes, il est vrai que jusqu'à présent, rares sont les livres d'histoire ayant mentionné les exploits de pirates israélites. Pourtant, certains des flibustiers les plus connus et les plus respectés ayant sillonné les mers au cours des siècles précédents étaient … juifs ! Je vous vois déjà imaginer le mythique capitaine Jack Sparrow, personnage haut en couleurs campé par l’acteur Johnny Depp, dans la saga cinématographique Pirates des Caraïbes, affublé d’une kippa… Non, ces capitaines n'étaient pas les pirates redoutés tels que grimés par l'imagination populaire (parias et criminels attaquant les navires, les villes, en volant les gens de leur argent et parfois de leurs vies) ; beaucoup travaillaient pour la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et d'autres puissances maritimes, protégeant les côtes et les mers de ces nations. D’autres sont délibérément partis en haute mer pour se venger de ceux qui les avaient trahis, eux et leurs familles, au cours de l’Inquisition. Bien que de larges pans de la vie de ces corsaires soient restés mystérieux, les historiens ont rassemblé certains détails permettant de retranscrire un aperçu d’un monde peu connu … celui des pirates juifs. Rétrospective. Lire la suite sur LeMag.co.il.
Dec 4, 2018
Après les missionnaires chrétiens, utilisant le prétexte du « dialogue interculturel», voici qu’en Israël même, un groupe musulman – Dar Assalam – fait du prosélytisme pour convertir les Juifs israéliens à l’islam. Été 2018, extérieur jour. Le soleil est en train de se coucher sur la baie de Tel-Aviv. Dans la cour d’une ancienne mosquée de la vieille ville de Yaffo, des dizaines d’hommes et de femmes pénètrent lentement. Curieusement, ce ne sont pas seulement des Musulmans qui se présentent, mais également plusieurs Juifs. Ceux-ci sont venus suite à un message publié sur Facebook annonçant « la première tenue d’une réunion à Yaffo visant à se familiariser en hébreu avec l’islam. Une occasion rare pour promouvoir le dialogue interconfessionnel et interculturel ». Lire la suite sur LeMag.co.il.